T4 Lire un extrait

LES ELEMENTALES 4  - TERRITOIRES INTERDITS

 Carmen Messmer © Tous droits réservés

Extrait 

Habitué à se fondre, durant des années, dans les ombres qui épaississaient les recoins de la Tour-épine, l’alchimage avait acquis le don de passer sans se faire voir de quiconque lorsqu’il le désirait. Il se trouva bientôt tout auprès d’Halyse, sans s’être fait remarquer même des paladins aux yeux fureteurs.

Seule la jeune femme, informée de sa progression par les molécules de l’air, sut qu’il était là. Avant même qu’il ne se manifeste, elle se tourna subitement et planta son regard dans le sien. Comme à chaque fois, Thalam eut l’impression de plonger tout droit dans un ciel sans nuage et de se perdre dans l’immensité bleue, sans même un point de repère pour s’y orienter. Déstabilisé, il eut la sensation que la jeune femme souriait comme d’un bon tour qu’elle lui aurait joué. Ou peut-être tenait elle à lui faire savoir que nul ne pouvait la surprendre, même au milieu d’une foule aussi bruyante.

Halyse relâcha son emprise et l’alchimage sentit se calmer le vertige qui s’était emparé de lui. Il reprenait pied dans la réalité de la taverne, avec ses bruits et ses odeurs, quand la Fille de l’Air lui dit :

- Te joindras-tu à nous, Thalam ?

Sans attendre sa réponse, elle se tourna vers le noble Anakan et annonça :

- Gorg, voici Thalam, le meilleur médicaste de toutes les Terres Connues.

L’Anakan fit un signe de tête poli à Thalam mais son regard se teinta de mépris en découvrant sa broche d’errant. En son pays du nord, ne pas avoir de point d’attache était fort mal considéré et soupçonné de couvrir quelque mal à vivre en société ou, pis, quelque penchant inavouable. Néanmoins, pour contenter Halyse, Gorg consentit à dire :

- Prenez place à nos côtés, médicaste, et goûtez cet excellent vin, un peu jeune mais gouleyant.

Thalam remercia Gorg dans les règles mais déclina l’invitation à s’asseoir en prétextant quelque fatigue. Il monta se coucher après avoir salué l’assemblée.

La Fille de l’Air prit le temps de finir son hanap et se leva en disant :

- Il me faut rompre là cette excellente soirée, seigneur Gorg, et vous remercier pour la qualité de votre compagnie. Je dois céans rejoindre Thalam. Il a eu rude journée et je ne tiens pas à le faire veiller jusqu’aux petites heures.

Ainsi, chacun fut persuadé qu’ils étaient Compagnons de cœur et nul ne chercha à la retenir. 

- Que la nuit te soit propice au sommeil, Halyse, fit Gorg en levant son gobelet à sa santé.

Il le vida d’un trait et, tandis que la jeune femme s’éloignait, l’Anakan dit à ses paladins d’une voix suffisamment forte pour qu’elle l’entende :

- Finissons de boire et gagnons nous aussi nos chambrées. Sans Halyse, l’éclat de ma nuit ira pâlissant, désormais. 

La Fille de l’Air fit mine de n’avoir pas entendu et ne se retourna pas. Gorg suivit sa fine silhouette de son regard perçant puis replongea le nez dans sa chope. Ses prunelles couleur de paille contenaient une expression indéfinissable.

- As-tu trouvé ce que tu cherchais, Thalam, demanda la Fille de l’Air sitôt après avoir refermé la porte de la chambre.

- Pas à Palasine. Cependant j’ai eu connaissance d’une destination sûre où acquérir enfin de l’eau d’or en quantité nécessaire.

En quelques mots, Thalam résuma à Halyse sa conversation avec la diseuse d’avenir, du moins pour ce qui concernait Dharan. Il conclut :

- Je dois maintenant me rendre aux îles. Seras-tu du voyage, Halyse ? Il me déplairait de t’entraîner toujours plus loin en songeant que tu négliges pour moi tes propres affaires.

- Elles peuvent attendre. Je viendrai avec toi pour faire ce qui fut décidé.

Thalam hocha la tête. Halyse lui trouva un drôle d’air mais il dit :

- Dès demain, je chercherai un moyen de transport.

Après un moment de réflexion, la Fille de l’Air remarqua :

- Des moyens de se rendre dans une île, il n’y en a que deux : la façon commune, qui est par la mer, et la mienne qui emprunte la voie des airs. La décision t’incombe. Laquelle a ta préférence ?

Thalam parut d’abord indécis puis finit par révéler le fond de sa pensée :

- La voie des airs semble préférable par sa rapidité. Néanmoins, sans vouloir t’offenser, Halyse, voler tel un oiseau n’a guère ma faveur. Ce me fut un honneur de bénéficier de tes talents, n’en doute pas, mais cela me brouille tant les sens qu’il me faut à chaque fois un demi-jour pour m’en remettre. Si le voyage par mer présente aussi ses désagréments,  il sera de bon repos pour tous les deux. Pour ma part, j’en ferai profit pour me replonger dans mes grimoires, tâche que j’ai bien négligée depuis quelques temps.

La Fille de l’Air n’était pas spécialement attirée par l’élément liquide, qui appartenait à sa sœur Moryane. Elle allait proposer de voyager séparément et de se retrouver à Dha-Dreg lorsque le souvenir lui vint de quelques paroles de Gorg. L’Anakan lui avait conté qu’il s’embarquait le lendemain pour une tournée de commerce aux Îles Dharan, nanti de toutes les autorisations nécessaires. Il comptait en ramener un fructueux chargement d’épices rares qui se négocieraient fort bien en son pays.

Halyse trouvait par certains côtés l’Anakan de compagnie agréable, bien que fort imbu de lui-même. Aussi friande de récits que le peuple des Nains, elle se dit qu’aux côtés de Gorg, elle pouvait trouver un réel intérêt à un voyage maritime. Non pas que ce jeune seigneur lui importât en quoi que ce soit, mais il n’aimait rien tant que parler de lui et savait fort bien conter. Ce faisant, il révélait d’utiles informations sur les lieux qu’il avait traversés, les gens rencontrés et les curiosités locales méritant quelque intérêt. Ainsi, la Fille de l’Air entendait aller découvrir sur place l’origine d’un phénomène venteux appelé l’Haleine des Trépassés, dont elle avait jusque là ignoré l’existence. D’après Gorg, ce vent singulier revenait chaque automne auprès du village de Romoric, tout au nord du Pays des Monts, amenant miasmes fétides et maladies.

Halyse comptait bien recueillir d’autres renseignements de la bouche du noble Anakan et, plus elle y pensait, plus l’idée d’effectuer cette traversée en naute la séduisait. Ainsi, elle ne forcerait pas Thalam à voyager par les airs, il pourrait se reposer durant ces quelques jours de mer, ainsi qu’il en avait exprimé le désir. Tous deux y trouveraient avantage.

D’après Gorg, le naute à aubes Shawish-fa-Yalmur, l’ « Ami des Vagues », devait partir à la marée de la mi-journée suivante pour rejoindre le Matriarcat de Dharan. Il aborderait en premier à Dha-Dreg avant de caboter entre les îles. Ce périple ne semblait guère dangereux, si ce n’est le risque de mauvaises rencontres aux escales, lors de ces rixes fréquentes à la sortie des tavernes.

Une fois que Thalam se serait enfin procuré sa précieuse eau d’or, on aviserait. Halyse envisageait d’ores et déjà qu’ils se fassent déposer, au retour, sur la côte du Bois des Elfes, en une anse facile à aborder. Ainsi, elle retrouverait Isidil et, en même temps, puisque Thalam était bienvenu en la Forêt Enchantée, il pourrait y procéder en toute quiétude à sa renonciation aux Arts Noirs. Néanmoins, la jeune femme ne révéla encore rien de ce projet. Comme Thalam l’avait laissée réfléchir en silence à sa proposition, elle finit par dire :

- Puisque cela te convient davantage, nous voyagerons par mer.

Elle lui parla du Shawish-fa-Yalmur et il fut décidé de s’embarquer à son bord pour Dharan.

- D’après ce que j’en sais par ouï-dire, la traversée vers les Îles Dharan dure environ quatre jours, dit l’alchimage. Du moins si l’on ne rencontre pas de mauvais temps.

- Nous n’en rencontrerons pas, assura Halyse d’un ton tranquille.

Se projetant dans l’avenir proche, elle songeait déjà qu’à leur arrivée à Dha-Dreg, elle pourrait aller saluer sa préceptrice. Cela faisait bien longtemps qu’elle n’avaient vu celle qui l’avaient formée pour  devenir Prim’archère. Elle se demanda si Jayna, déjà bien âgée lors de sa dernière visite voilà bien des lustres, serait encore de ce monde. Elle l’espérait.

Profitant de cette escale aux Îles, Halyse envisageait aussi de faire rénover son arc, qui accusait les ans et commençait à faiblir par endroits. A force de partager ses errances d’un bout à l’autre des Terres Connues et plus loin encore, passant du chaud au froid, d’un climat marin à un désert polaire, d’une plaine sèche à un marais humide, le bois s’était dévoyé. Bien qu’elle l’utilise peu, elle ne pouvait rester avec une arme qui n’était plus entièrement fiable.

Une question posée par Thalam tira la Fille de l’Air de ses pensées :

- Allons nous encore trouver place sur le naute ? Tu dis qu’il lève l’ancre dès demain ; il doit avoir fait le plein de voyageurs.

Halyse n’avait pas pensé à ce détail mais éluda :

 - Il suffit de se rendre au port pour le savoir. J’y vais de ce pas.

En deux enjambées, elle était déjà à la porte de la chambre. L’alchimage dit à la hâte :

- Attends, il est trop tard. Le sonneur d’heures a déjà annoncé la mi-nuit depuis longtemps et les lampadaires des rues sont mouchés. Il faut patienter jusqu’à l’aube. La capitainerie ouvre ses portes dès après l’entrejour.

- Alors j’y serai.

- Il serait sage de te munir de quelques takels. Déposés dans la bonne main, ils faciliteront toute démarche.

Ce disant, Thalam sortit sa bourse mais Halyse l’arrêta :

- Ces façons ne sont pas miennes. Mais ne t’inquiètes pas, je nous obtiendrais le passage. Au besoin, le nom de Gorg incitera le capitaine à se montrer souple.

Tout le monde savait la morgue et le caractère intransigeant des nobles Anakans qui étaient prompts à dégainer l’épée s’ils estimaient leur bon droit bafoué. Personne ne tenait à provoquer sans nécessité l’ire des Seigneurs du Nord et Thalam jugea que l’argument d’Halyse serait tout aussi efficace que le sien.

- Bien, je laisse l’affaire entre tes mains, conclut-il. Que la nuit te soit douce et te préserve des mauvaises rencontres, Halyse.

- Qu’elle t’accorde des rêves emplis de joie et de lumière, alchimage. Je te retrouverai sur le quai au départ du naute.

a suivre…

548 total views, 2 views today

9 réponses à T4 Lire un extrait

  1. Zaza76 dit :

    Toujours cette remarquable qualité d’écriture, continuez :-)

  2. Katia44Uz dit :

    Mes enfants sont trop jeunes pour cette lecture mais je leur raconte comme une histoire et ils adorent.
    Continuez longtemps j’espère avec vos soeurs élémentales.
    Kat

  3. ACHAL dit :

    Une suite conforme aux trois premiers épisodes. Je reste fan de la série et j’achète le T5.
    Bonne continuation à l’auteure.
    Amandine Challaz

  4. Patricia B. dit :

    Jâime beaucoup le style, je vais voir tous les épèisodes.

  5. Martine S dit :

    Excellent série que ces élémentales, je vous souhaite le succès ça mérite.

    • Barby dit :

      Je suis venue par Martine et tout de suite la même fascination qu’elle pour votre saga. Merci de nous emmener avec vous dans ce monde.
      Barbara

      • Stephen dit :

        Toujours surprenant et fascinante, d’un roman à l’autre, ce chassé croisée de personnages qui errent chacun à la recherche de quelque chose. Je suis leur aventures avec passion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>