Porte-bonheur ?

Je vous propose ici un petit récapitulatif des différents porte-bonheur. Pour celles et ceux qui pensent qu’on peut aider la chance. Cet article est évolutif, j’ajouterai petit à petit d’autres de ces talismans.

Découvrez déjà ci-dessous :

Le trèfle à quatre feuilles – La patte de lapin – Le fer à cheval  - L’étoile

LE TREFLE A QUATRE FEUILLES

Trifolium, une petite plante avec de grands pouvoirs…

trefle

Le trèfle à quatre feuilles est une mutation très rare du trèfle blanc. Et tout ce qui est rare est précieux, c’est bien connu.

Qui trouve un trèfle à quatre feuilles peut espérer avoir beaucoup de chance. Cette plante est censée apporter la joie et l’argent.On dit qu’il porte chance car ses feuilles forment une croix

Pour interpréter sa signification, il faut repérer sa feuille la plus robuste.
Partant de la principale, celle à sa gauche désigne un vent de renouveau qui passera dans votre vie.
La feuille suivante, dans le même sens, indique une période de prospérité qui arrive
La feuille suivante représente l’amour et les sentiments.
La dernière feuille, la principale, symbolise la santé. Le tout donne la chance.

Observez bien : si une feuille a des défauts, cela atténue sa portée.

Pour avoir valeur de talisman, le trèfle à quatre feuilles doit être utilisé sous sa forme naturelle séchée. Vous devez toujours l’avoir avec vous (sac à main, portefeuille…), de préférence sur vous (enchâssé dans un pendentif, un bracelet…).

En métal ou autre matière, il garde sa symbolique mais sans grand pouvoir.

Pour les petits malins qui pensent tricher en se lançant dans la culture des trèfles à quatre feuilles (eh oui tout est possible de nos jours) sachez que ses propriétés seront quasi-nulles.

Pour bénéficier de la chance réputée liée à cette jolie herbacée de nos prairies, il faut que vous trouviez votre trèfle à quatre feuilles par hasard. Et à notre époque de désherbants et apports chimiques divers, le pauvre est de plus en plus rare.

Mais la chance ne mérite-t-elle pas un gros effort ?


LA PATTE DE LAPIN

Un sympathique lagomorphe aux longues oreilles et à la douce fourrure

lapin

La patte de lapin est considérée comme un excellent porte-bonheur. Pas pour les lapins, bien entendu, ces doux quadrupèdes ne donnant pas volontiers une patte puisqu’ils y laissent la vie.

La notoriété du lapin provient de son étonnante capacité de reproduction, symbolisant la fécondité. Dans beaucoup de civilisations, une descendance abondante était socialement importante et cela perdure chez bien des peuplades. Ce qui a fait du lapin un porte-bonheur. La patte fut choisie comme objet de transfert car c’est une partie non consommée.

Par ailleurs, partant du principe que cet animal naît les yeux ouverts, on pensait que le lapin était capable d’écarter les mauvais esprits et les pouvoirs des sorcières dès sa naissance. On accrochait donc souvent une patte de lapin au-dessus du berceau du nouveau-né pour le protéger du mauvais œil. Les chasseurs en gardaient une dans leur poche pour s’assurer d’une bonne chasse et il était courant d’en avoir toujours une sur soi ou au sein du foyer.

La patte de lapin fut proscrite avec le christianisme, qui assimila l’extrême fécondité du lapin à de la lubricité païenne. Pourquoi ? Parce que la lapine, comme quelques autres veinardes femelles animales, doit avoir un orgasme pour être féconde (Monsieur lapin doit y mettre tout son art pour engendrer).

Il faudra attendre la Renaissance pour redécouvrir ce talisman en même temps que le charme du lapin. Représenté au milieu des fleurs et des oiseaux, cet animal servait à évoquer le paradis.

Aujourd’hui, la patte de lapin représente l’abondance. Elle possède encore cette symbolique, même si peu de gens y croient désormais. A l’ère de la protection animale, on se tourne vers des porte-bonheur moins meurtriers et elle est tombée en désuétude.

Inutile d’essayer la patte de lapin synthétique, cela ne fonctionne pas.


LE FER A CHEVAL

Les fers qui protègent les pieds de nos nobles équidés seraient aussi bénéfiques aux humains

ferchevalLe fer à cheval aurait donc des vertus porte-bonheur et les origines de cette croyance sont diverses.

Au départ, cette conviction serait venue du fait qu’un fer à cheval égaré était revendu au forgeron et permettait ainsi de récolter un petit pécule. On dit même que l’empereur Néron ferrait ses chevaux avec des fers en argent et les mules de sa femme avec de l’or, donc celui qui trouvait un de ces fers égaré était vraiment servi par la chance.

Une autre origine de la tradition du fer à cheval porte-bonheur est la légende de Saint Dunstan de Cantorbéry, forgeron qui deviendra archevêque. Un homme lui ayant amené son cheval à ferrer, Dunstan reconnut en lui le Malin et réussit par ruse à clouer un fer sur le pied fourchu du démon. Le Diable dut alors promettre, afin d’en être libéré, de ne plus jamais s’approcher d’un fer à cheval. C’est pour cette raison que la meilleure protection pour la maison contre les méfaits du diable est un fer à cheval accroché au dessus de la porte d’entrée.

Au Moyen Age, lorsque la hantise de la sorcellerie envahit les esprits, le fer à cheval fut doté d’un nouveau pouvoir : on pensait que les sorcières voyageaient sur des balais parce qu’elles avaient peur des chevaux, chaussés de ce fer qui chassait leur Maître. De ce fait, toute femme accusée de sorcellerie était enterrée dans un cercueil sur lequel était cloué un fer à cheval pour prévenir une éventuelle résurrection.

En Russie, le maréchal-ferrant avait la réputation de pratiquer la « magie blanche » contre la sorcellerie. Les serments solennels étaient prêtés sur des enclumes employées à la fabrication des fers à cheval.

Une autre raison pour expliquer la chance de ce porte-bonheur est son rapport avec le chiffre 7 réputé magique. C’est avec 7 clous que le fer à cheval, qui comportait 7 trous, se fixait jadis sur le sabot.

D’autres superstitions qui expliquent la chance attachée à la possession d’un fer à cheval sont à chercher dans le fait que le fer réunit la force du feu et de la terre et ce métal était donc considéré comme ayant des pouvoirs magiques. Le fer était réputé protéger des mauvaises influences et du malheur. On voit également dans sa forme un croissant de lune, symbole de fertilité et de chance (le croissant de lune était le symbole de Diane de Poitiers, une femme tout à fait exceptionnelle pour sa beauté et sa réussite).

Dans de nombreuses cultures le maréchal-ferrant, seul à savoir travailler l’indispensable fer, est aussi un magicien.

Où le poser ? Toujours en hauteur, en général au-dessus d’une porte pour protéger la maison et ses occupants. Selon certaines croyances populaires, placé sur un balcon il attire l’argent et évite l’endettement.

Sur le sens dans lequel poser le fer à cheval il existe trois camps, l’un qui fixe le fer avec l’ouverture vers le haut pour «garder la chance dedans» comme dans un vase, l’autre qui le fixe ouverture en bas pour «laisser couler la chance» sur chaque personne qui franchit le seuil, le troisième relié à la Chrétienté professe de le poser de côté, par sa ressemblance avec la lettre C du Christ.

Mais dans toutes les cultures anciennes, pour porter bonheur, le fer doit être placé les extrémités des branches (éponges) vers le haut, à la fois pour y recueillir le bonheur et pour empêcher les êtres maléfiques de se poser sur la maison.

Il ne faut pas acheter un fer à cheval, il faut le trouver. Il portera un peu chance s’il est reçu en cadeau (après avoir été trouvé). Mais pour avoir droit à la Vraie Chance, il faut le trouver par et pour soi-même et le fer doit être usé. S’il comporte encore des clous, c’est encore mieux.

Les pendentifs et autres bijoux reproduisant un fer à cheval sont jolis mais tout à fait inutiles puisque le fer ancien est l’ingrédient indispensable qui anime le charme.

Et aujourd’hui ?

La force magique du fer moderne, en tant que métal, est remise en question. Le fer à cheval est devenu un produit industriel. La production de masse, en usine, est responsable du fait que le fer a perdu ses propriétés magiques et est considéré comme un produit manufacturé ordinaire. Il manque le travail du forgeron-magicien qui insuffle une âme au métal.

De plus, les fers préfabriqués peuvent être en aluminium, avec 8 trous voire plus. Rares sont les maréchaux-ferrants qui fixent encore le fer avec 7 clous. Les clous ne sont plus en fer mais en acier.

Il est devenu presque impossible de dénicher un fer à cheval usé en se promenant dans nos campagnes où les tracteurs ont remplacé les chevaux. Les portes embellies par un fer à cheval véritablement ancien et trouvé se font rares dans notre monde si réaliste.

Il reste les sites de fouilles, gardiens de bien des secrets et merveilles oubliés au sein de la terre.

Alors bonne chance.


L’ETOILE

Un porte-bonheur qui se mérite, fait de beauté, de lumière et de magie

étoile

La symbolique de l’étoile est à rapprocher de l’idéal dans la vie humaine, visible tel un guide éternel mais inaccessible. Elle représente non pas un but matériel mais ce que l’on peut espérer sans jamais l’atteindre, c’est-à-dire la recherche de la perfection. Donc l’amélioration de soi.

En résumé, avec l’étoile, vous ne ferez pas fortune en gagnant au loto mais elle vous sera d’une aide précieuse si vous utilisez vos capacités et atouts personnels afin de réussir dans la vie, quelle que soit votre conception de la réussite (familiale, professionnelle, physique, spirituelle, financière…).

Voir une étoile filante est signe de chance. Elle promet la réalisation d’un vœu, et un seul, prononcé en la voyant, du moment que ce vœu est gardé secret. Alors ne gâchez pas cette occasion rare, réfléchissez vite et bien si le destin met la chance à votre portée. Bien entendu, cette rencontre avec le messager des cieux doit avoir lieu par hasard et non pas en se postant durant des heures à un endroit connu pour ses pluies d’étoiles filantes. Tricher avec un porte-bonheur ne fonctionne jamais.

Lumière qui brille dans les ténèbres, stable contrairement à la lune, l’étoile Polaire guide depuis l’aube des temps navigateurs et voyageurs. C’est un bon repère spatial car elle indique toujours le Nord. Située au bout de la queue de la Petite Ourse, l’étoile Polaire est la seule étoile fixe du ciel (en réalité, elle nous apparaît comme fixe parce qu’elle est alignée dans l’axe de rotation de la Terre).

Nota : l’étoile Polaire est à différencier de « l’étoile » du berger qui est la planète Vénus, apparaissant au moment du coucher du soleil et indiquant aux bergers le moment de rentrer les bêtes.

Dans beaucoup de cultures, les étoiles représentent la multitude des âmes montées au firmament et, par extension, vos ancêtres qui veillent sur vous du haut des cieux. D’autres croyances qui ne sont pas incompatibles voient dans les étoiles filantes les âmes des morts qui descendent sur la terre pour éveiller la conscience des bébés à naître.

Seuls les mages et les sorciers sont habilités à lire dans les étoiles, considérées comme des portes ouvrant sur l’au-delà. Les astrologues lient les étoiles à des présages au moment de la naissance d’êtres qui seront marqués par le destin. A ne pas confondre avec notre zodiaque occidental qui concerne l’influence des planètes (et non pas des étoiles) sur le caractère et la destinée de chacun.

L’étoile restant un objet céleste à jamais hors de portée de l’humain, sa représentation ne peut être que symbolique. Les amulettes les plus recherchées et les plus chères sont celles qui comportent un fragment de météorite enchâssé dans un métal non ferreux qui ne contrariera pas leur rayonnement cosmique (or, argent, platine, cuivre, aluminium, titane). Ces météores, errants de l’espace, ont intégré les énergies des étoiles rencontrées au long de leurs éternels voyages et les restitueront à leur porteur. Néanmoins, comme nul ne sait quels astres ont pu côtoyer ces témoins de l’univers, le hasard prédomine dans le fait de porter un bijou-météorite et l’effet de ses ondes puissantes ne sera pas forcément celui que l’on espère.

Pour qui ne se sent pas l’envie de dépendre de la course incertaine d’un météore, il vaut mieux se contenter d’une étoile en métal non ferreux dont la symbolique sera renforcée d’une pierre précieuse cristalline de son choix sélectionnée pour ses propriétés (pas de minéral amorphe comme l’opale ou l’obsidienne). L’exposer, sept nuits durant, à la lumière des étoiles avant de porter votre talisman. Ces nuits ne seront pas souvent consécutives car il faut que l’on voie au moins une étoile et plus il y en a mieux c’est. Ne pas compter les ciels sans étoiles, ce qui peut durer longtemps dans certaines régions ou à certaines saisons. La chance aime la persévérance.

PS : il n’est pas interdit d’envoyer votre étoile dans une région plus favorable à l’imprégnation nocturne mais attention : la personne qui la recevra pour vous ne devra jamais la toucher de ses mains nues sous peine de prendre à son compte l’effet du porte-bonheur. Choisissez quelqu’un de confiance.

Que votre bonne étoile vous guide au long de votre vie.


A suivre…

CM

 

1,124 total views, 4 views today

3 réponses à Porte-bonheur ?

  1. QuebecHunter dit :

    Super job, je reviens souvent voir !

  2. SalJFD dit :

    J’ai lu avec passion et j’attend sl suite.
    Merci de ce partage
    Sally

Répondre à QuebecHunter Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>